Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 05:26

Le Café Citoyen de Caen

 

Créé en 1997 par ce qui deviendra plus tard l'équipe de La Nouvelle Arcadie, le premier Café Citoyen est né à Caen (14). L'objectif est à la fois simple et ambitieux : rétablir des lieux publics d'expression où tous les citoyens peuvent se retrouver pour discuter librement.

Un Café Citoyen est un lieu convivial où l'on débat de problématiques de société. Une ou deux fois par mois, les citoyens sont invités à débattre sur un thème qu'ils ont choisi, généralement la séance précédente.

 

Un sujet traité:

Les réseaux sociaux sont-ils les nouveaux réseaux d'influence ?

 

Cette synthèse reflète les échanges aussi fidèlement que possible mais ne prétend pas être exhaustive. Vous pouvez, ici, continuer le débat, ou le porter dans votre café citoyen.

Une quinzaine de participants pour ce café citoyen en pleine actualité locale. Coïncidence ! La veille, un « apéro géant » réunissait, à Nancy, environ 400 personnes, sur la place Stanislas. Antoine, l’animateur, rappelle que cet « événement » nancéien, lancé sur internet, a recueilli plus de 8.000 inscrits, avant d’être « annulé » par son initiateur, sous la pression des pouvoirs publics. Témoin de la scène, Clémentine, 26 ans, analyse : « beaucoup de jeunes sont venus par provocation contre la mairie. Et finalement, il y avait surtout des gens ‘bourrés’... ».

Clémentine fait le parallèle avec les « flash-mob », ces appels à mobiliser des gens dans la rue, autour d’un thème plus ou moins idéologique. Antoine demande aux participants de bien vouloir exposer leur manière d’utiliser les réseaux sociaux. Quasiment tous les participants ont un « compte » internet sur ce type de réseaux. Ahmed, la cinquantaine, apporte son regard personnel sur facebook : « pour moi, c’est le bistrot. J’adore les bistrots. Je suis content d’y croiser des gens. Mais c’est très difficile de construire quelque chose dans un bistrot. » La majorité des personnes présentes, au café citoyen, semblent d’abord s’accorder sur un point : un réseau d’influence construit des liens de manière discrète, voire « secrète », comme le note Pierre, qui ajoute : « le problème de facebook, c’est que c’est public. »

D’après Catherine, néanmoins, « sur les réseaux internet, facebook ou twitter, un tas de personnes ont de l’influence efficace pour le pouvoir en place ». Catherine souligne aussi ce qu’elle appelle le « panurgisme » des internautes : « une pente naturelle dont il est difficile de se défaire ». Quelques participants affirment, en substance, que les réseaux sociaux créent effectivement du « suivisme » mais pas forcément du « sens ». Tout dépend des « objectifs poursuivis » et des « intérêts » des gens, estime Olivier, qui anime un réseau professionnel passant « du virtuel au réel ». Il affirme que la moitié des membres de ce réseau s’implique réellement.

Pour Vincent, les réseaux sociaux font plus de la « résistance » que de « l’influence », car ils sont avant tout des « médias de contre-pouvoirs». Vincent évoque ce qui se passe en Egypte, où Mohammed El Baradei, l’ancien président de l’agence internationale de l’énergie atomique (AEIA), envisage de se présenter à l’élection présidentielle. « El Baradei a 250.000 supporteurs sur facebook mais pas de parti. A-t-il un avenir politique ? » interroge Vincent. Laurent a le sentiment « que ce qu’on appelle ‘réseau social’ est plutôt destructeur du lien social. Même si j’ai une page facebook, c’est très souvent inintéressant et inutile ». Pierre témoigne que, sur le réseau, il n’a « pas de relations avec les gens qu’il ne connaît pas » dans la vie réelle. Même point de vue exprimé par un jeune lycéen : « on s’échange surtout des photos, des trucs qu’on a en commun ». Expérience différente pour Catherine qui dit s’être fait « des amis » après des échanges sur Facebook.

Revenant plus précisément dans le thème de ce café citoyen, Olivier pense qu’un réseau social est « clairement un réseau d’influence ». L’enjeu, selon lui, est d’y être « connu, promu, reconnu ». Laurent rebondit : c’est « du pop art moderne, pour faire référence à Andy Warhol : aujourd’hui, on peut avoir sa seconde de gloire plusieurs fois par jour sur facebook. Et après ? ». Pierre estime qu’un réseau traditionnel (club service par exemple) s’avère plus efficace pour concrétiser quelque chose. « Facebook est un réseau de liens faibles, et donc d’influence faible, mais tout de même…», d’après Olivier. Chacun sa réalité du réseau virtuel ? Christophe explique qu’il utilise les réseaux sociaux, à titre professionnel, pour recruter des personnes et « chasser des candidats ». Sur l’aspect médiatique de l’internet, Vincent évoque l’expérience des journalistes enfermés avec des ordinateurs pour seules sources d’information : « il n’en est rien sorti ! ». Catherine note que ça a tout juste permis de vérifier que certains journalistes vérifiaient leurs sources et d’autres pas… Laki rappelle que l’affaire de l’EPAD – concernant Jean Sarkozy – est tout de même « sorti e » sur un réseau social, avant d’être reprise dans la presse.

Influence ou simple caisse de résonnance ? Revenant sur le terrain du réseau qui crée de l’influence, Clémentine pense qu’un réseau social peut « entretenir » une idée ou un projet, mais que ce n’est pas « l’étincelle » du projet. Vincent estime que les réseaux sociaux nous apportent surtout une « rapidité » et « une massification » des messages, mais aussi un lien géographique qui nous donne l’impression d’une « appartenance globale ». La question technologique n’est évidemment pas neutre, selon plusieurs citoyens présents, mais « est-ce que c’est vraiment nouveau ? » se demande un enseignant : « des pratiques innovantes, moi, sur les réseaux sociaux, je n’en vois pas ». Laki estime que le réseau social est surtout un outil qui simplifie les « phénomènes marketing mais que les hommes ont besoin de contacts physiques et durables ». Avis majoritairement partagé.

 

 

À lire :

http://www.cafes-citoyens.fr/comptes-rendus/538-les-reseaux-sociaux-sont-ils-les-nouveaux-reseaux-d-influence  

 

Créer un Café Citoyen dans ma ville

Si vous souhaitez créer un Café Citoyen ou que vous souhaitez rejoindre le réseau de La Nouvelle Arcadie, prenez contact avec nous :

Créer un Café Citoyen dans ma ville Rejoindre le réseau


 

http://www.cafes-citoyens.fr/

 

 

Un lien à regarder :

 

http://latelelibre.fr/

 

 

____________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

http://www.place-publique.fr/

 

 

S’informer pour mieux s’engager

Place Publique a pour  vocation de mettre en valeur les initiatives citoyennes, et à mettre en lumière les différents modes d'engagement
 
 
 
 
Tous les renseignements
 
et par ex, les partis politiques, adresses, conditions d'adhésion, cotisation etc
 
 
Les syndicats :
 
 
 

Pionnier de l’internet citoyen depuis 1996, Place Publique est : --------

- Un Magazine dédié à l’engagement citoyen, à la prospective et ses thématiques.

--------

- Un Observatoire en mesure de vous éclairer sur ces questions d’avenir et de citoyenneté

--------

- Une équipe qui vous aide à détecter des pistes de recherche, à repérer les signaux faibles, à imaginer des réponses.

-------- Les articles et les dossiers réalisés par Place Publique dans les ateliers thématiques constituent le socle de notre expertise. Matière à de nouvelles explorations, à de nouvelles études, à de nouveaux projets.

 

Selectionnez une catégorie de contenu à afficher

 

Créer une association

 
diminuer augmenter Bookmark and Share

Pour créer une association, il faut adresser un dossier par lettre recommandée à la préfecture (ou à la sous-préfecture) du lieu où l’association a fixé son siège social.

Ce dossier doit comprendre :
- une lettre dans laquelle vous faites connaître :
- le titre exact et complet de l’association, son objet ;
- l’adresse de son siège social.
- les statuts (en double exemplaire), qui doivent comporter :
* le nom de l’association ;
* l’adresse du siège social ;
* les objectifs de l’association ;
* les membres chargés de l’administration ou de la direction de l’association ;
Peuvent y figurer également, sans obligation :
- les ressources (montant des cotisations, subventions, produit des activités) ;
- les modalités de réunion des assemblées générales ;
- la désignation des administrateurs

Si le dossier est complet et les statuts signés par les fondateurs ou administrateurs, un récépissé de déclaration est délivré dans un délai de cinq jours. Le service administratif concerné remet au représentant de l’association un bulletin de demande d’insertion de la déclaration au Journal officiel. Dans un délai de deux à trois semaines, la direction du JO envoie à l’association le numéro contenant l’extrait de déclaration. Dès lors, l’association est "rendue publique" et peut fonctionner en tant que personne morale légalement constituée.|

- Les démarches, les textes de loi et les formulaires sur le site http://vosdroits.service-public.fr

- Lien à consulter pour en savoir plus sur la gestion des associations http://www.associations.gouv.fr

 

POUR EN SAVOIR PLUS SUR La communication des associations

Il est utile de lire le livre de De Thierry Libaert et Jean-Marie Pierlot

-  « La communication des associations » est un ouvrage de référence sur la communication associative dans lequel les auteurs dévoilent toutes les stratégies de communication spécifiques aux associations.
Cet ouvrage est un guide permettant aux 750 000 associations de France de professionnaliser leurs actions de communication en évitant les pièges et en contournant les contraintes.
Trop souvent, les petites et moyennes associations pensent que la communication est une pratique réservée aux entreprises.
Il est vrai que la communication associative est complexe. une association ne vend pas de produit, n’a généralement pas les moyens de s’offrir une campagne de publicité, mais agit sur l’aspect relationnel, auprès de cibles spécifiques : sympathisants, adhérents, donateurs, militants...

Entrecoupé d’études de cas et d’interviews de responsables (Entraide/ fraternité, Greenpeace, Unicef, Croix- Rouge, Fondation Nicolas Hulot, Amnesty International…), cet ouvrage est un livre de référence sur la communication associative

 

 

Initiatives

Proposer une initiative

 

Vous pouvez, si vous le souhaitez, faire partie de notre base de données des "initiatives citoyennes".
A condition de respecter certains critères :

- objectif d’intérêt général et de bien commun, originalité de la démarche, actualité de son action, dynamisme de la structure

Merci de fournir tous les éléments permettant de vous identifier : (thématique, objectifs, publics, lieu, région, date de naissance, coordonnées, site internet et contact mail..) ainsi qu’un petit texte vous présentant.

Proposer une initiative ou une association

 

http://www.place-publique.fr/spip.php?article96

 

 

http://www.place-publique.fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by Eva Coups de coeur - dans Citoyen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Coups de coeur d' Eva R-sistons
  • Coups de coeur d' Eva R-sistons
  • : Les coups de coeur d'eva, administratrice des blogs R-sistons à l'intolérable, à la désinformation, à la crise, etc. En particulier, elle braque le projecteur sur des blogs qui lui semblent particulièrement intéressants, sur le fond ( engagements, humanitaire, spiritualité, arts...), sur la forme (qualités de présentation, personnalité de l'auteur, originalité...). Ses coups de coeur, tout simplement, qu'elle partage fraternellement avec vous !
  • Contact

Profil

  • Eva R-sistons
  • Carrière: Journaliste,  écrivain  Lauréate Académie Française, Divorcée, 3 enfants. Franco-Russe. Citoyenne du monde, humaniste
  • Carrière: Journaliste, écrivain Lauréate Académie Française, Divorcée, 3 enfants. Franco-Russe. Citoyenne du monde, humaniste

Recherche